Francais Anglais





Les Murs

Les murs troués
Peau de mur
Les murs
Un souffle de mur
Les murs frontières
Les murs révélés
Les murs sauvages
Les torrents comme des murs
L'âme des murs
Les noirs

La Nature

Un mur dans le jardin
Les jardins
Hors Série
Le BLANC sublime
Ensemble Les BLEUS
Ensemble Les ROUGES
Ensemble Les VERTS
Les coquelicots

Voir mes vidéos

Restez informé
sur ma peinture

Inscrivez-vous
à ma newsletter

par Didier ROTH BETTONI - écrivain-journaliste - juillet 2014

 

Pascale Morelot-Palu a intitulé Un souffle de mur sa dernière série, puisque c'est ainsi qu'elle fonctionne, par séries qui s'étendent et se déploient dans le temps et l'espace, qui se complètent dans leur dispositif et se déclinent dans leurs motifs, à l'intérieur de chacune et entre elles toutes.

Un souffle de mur donc, après Les Murs révélés et Les Murs sauvages, autant dire une appropriation moins physique, moins concrète, moins inscrite dans la matière de ces fameux murs autour desquels, artiste ou architecte, elle ne cesse de tourner, de se cogner, de se retourner pour en explorer toutes les acceptions, psychologiques et organiques, historiques et mythologiques. Elle dit elle-même qu'il s'agit là, dans son projet et sa technique de récupération pour cette nouvelle série de surplus de peinture grattée sur d'autres tableaux, de donner corps à une "idée de mur" ; et l'on entend comme en écho à cette "idée de mur", à ce "souffle de mur", le titre polysémique et ludique d'un beau documentaire d'Agnès Varda sur l'art des graffeurs et autres street-artists de Los Angeles, Mur Murs. Autant dire, concernant ce qu'entreprend Pascale Morelot-Palu avec cette nouvelle variation sur ce même thème qui est le cœur battant de son œuvre et de sa réflexion, que l'on peut aussi sans mal lire "Murmures".

Car voilà ce qui se joue ici fondamentalement, dans le contraste saisissant entre murs et murmures, entre le solide et le souffle, entre l'aplomb de la toile et la légèreté presque instable de ce qui s'y dépose juste en surface : quelque chose comme l'invention, la ré-invention plutôt, par l'effet du hasard et du fantasme, de la nature du mur. Mur imaginé. Mur imaginaire. Mur flottant. Mur virtuel. Mur rêvé. Mur suggéré. Mur chuchoté. Mur… Mur… Murmure…On y revient, et l'on se rend compte face à ces toiles que le mur est un concept plus riche encore que ce que l'on pouvait soupçonner…

Il y a là, dans cette rencontre d'une matière ressuscitée, d'une peinture ayant eu déjà une vie antérieure sur d'autres tableaux et d'une surface vierge afin de donner vie à de nouvelles œuvres, une forme d'aboutissement de la démarche de Pascale Morelot-Palu dont on devine déjà à quel point il s'annonce fécond. Un souffle de mur est la conséquence de son acharnement, dans ses séries antérieures, à déconstruire (en grattant les épaisseurs de peinture accumulées, pour faire surgir des couleurs et des formes) et à reconstruire (en ajoutant une figure ou une tache) pour mieux mettre en exergue. Non plus désormais l'archéologie de ces murs recréés qu'elle mettait à nu à force de dépouillement de leurs strates successives. Non plus la charge de passé, le poids d'histoires anciennes qu'ils portaient. Non plus la volonté de souligner d'un trait, d'une marque, d'une esquisse, le rôle ou la fonction de ces murs. Non. Ici, les couleurs et les coulures, les masses et les vides, les gestes longs et les zébrures, la puissance imposante des noirs et l'élégance inouïe de certains encéphalogrammes ou de divers cernes d'arbres fusant d'on ne sait où, imposent seuls la réalité, ou l’irréalité c’est selon, des tableaux, et donc des murs qui s’imaginent sur la toile.

Murs sauvages, murs révélés, c’était hier même si cela doit se poursuivre encore et encore parce que le processus créatif que Pascale Morelot-Palu a généré ne s’épuise jamais, et que son art se nourrit d’une production à l’énergie inusable, jamais rassasiée d’elle-même. Mais aujourd’hui, d’un geste sauvage, presque inconsidéré, ce sont des murs surgis de nulle part qu’elle révèle. Souffles de murs puisqu’il en est ainsi. Et c’est pareil et infiniment différent. Pareil parce qu’on reconnaît sans l’ombre d’un doute la manière de faire de l’artiste. Et différent parce qu’il y a, dans cette série, une forme de mélancolie douce, de présence-absence, de mystère merveilleusement impalpable, qui ne se soupçonnaient guère jusqu’alors, comme si ce Souffle de mur, ce singulier murmure, était un secret que Pascale Morelot-Palu acceptait enfin de dévoiler…

Nuage de mots

© Pascale Morelot-Palu  |  Mentions légales  |  Conception 2exVia avec MasterEdit©  |  Oeuvres anciennes